• Visite à londres

     

                                                                     26  MARS  2008

    Douze ans après la visite d'Etat de Jacques Chirac, Nicolas Sarkosy s'est rendu  à Londres pour deux jours. Marque rare de considération, le président français et son épouse Carla ont été  les hôtes de la reine Elisabeth II  au château de Windsor pour une soirée et une nuit royales, avec banquet d'Etat.

     

    Le protocole des grands dîners royaux est immuable. Le banquet offert par la reine Elizabeth II mercredi au palais de Windsor en l’honneur du président Sarkozy et de son épouse ne déroge pas à la règle.

    Les horse-guards au casque éclatant et les hallebardiers armés d’une pique sont figés dans une impressionnante immobilité à l’entrée du château de Windsor. Le menuet est minutieusement codifié. L’invité est d’abord reçu par un majordome. Un valet de pied le passe ensuite à un militaire qui le glisse successivement à la dame de compagnie de la souveraine et au maître de cérémonie. Enfin, un huissier l’introduit dans l’immense salle de réception, la Waterloo Chamber, où une centaine de convives prennent l’apéritif. Les hommes sont en queues de pie et les femmes en robes longues.

    Six verres à droite

    Les invités font sagement la queue pour être présentés. La reine sourit avec bienveillance et tend une main, très molle, gantée de blanc. Elle est habillée d’une robe blanc-gris qui flatte sa silhouette d’octogénaire et porte un diadème de diamants. La poignée de Nicolas Sarkozy est ferme. Légèrement en retrait, la première dame de France est belle, vêtue d’une robe fourreau bleu marine, le port altier, le geste élégant. Elle tente même un sourire timide.

    La salle à manger, le Saint George’s Hall doté d’un plafond en chêne en forme de carène renversée comportant les blasons de l’Ordre de la Jarretière, perpétue l’illusion d’une prééminence monarchique. L’immense table d’acajou, autour de laquelle les convives prennent place, croule sous l’argenterie et les candélabres. Chaque invité a six verres à sa droite, placés suivant l’ordre dans lequel les vins sont servis. Les assiettes sont en argent. Des bols de fruits sont placés à intervalle régulier. Les bouquets de fleurs n’empêchent pas de voir son vis-à-vis distant d’au moins trois mètres. En revanche, raides comme un «i» sur leur siège, les convives, se touchant presque, sont obligés de garder les coudes le long du corps.

    Tous les convives sont assis. L’orchestre des gardes royaux irlandais entonne alors la marche des «Folies Bergère» de Lincke. La procession royale fait son entrée à 20 h 20 pile. Tout le monde se lève. La monarque prend place. Les invités se rassoient. D’une voix neutre, la souveraine porte un bref toast à l’amitié franco britannique, à l’Eurostar et à Airbus en particulier, «sachant que nous pouvons produire des résultats efficaces et durables en travaillant ensemble». Le président de la République remercie en français la monarque de son «exceptionnelle invitation dans ce lieu de rêve».

    Menu en français

    Les menus des banquets sont toujours écrits en français, hommage sans doute aux ancêtres normands et angevins de la lignée Windsor. Premier plat, «Filet de Barbue Béatrice»servi avec un Chassagne-Montrachet 2000. Deuxième plat, «Noisette d’agneau Bréhan», arrosé d’un Château Margaux 1961 avec salade au fromage. «Le savarin à la rhubarbe» est servi sur une assiette de Sèves, cadeau de Louis XVI à la duchesse de Manchester, épouse de l’ambassadeur britannique à Paris, qui désargentée l’avait revendue au roi George IV. Le repas se termine par des fruits, mais la plupart des invités, incapables de manger une mandarine à la fourchette et au couteau, font l’impasse.

    Tout le monde passe au salon pour prendre le café. La famille royale est détendue. On cherche des yeux le couple présidentiel mais il a filé à l’anglaise (EXTRAIT SITE 24Heures)

    Pour plus de photos http://www.24heures.ch/pages/home/24_heures/multimedia/en_images/en_images_detail/(contenu)/210133


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :